Ceux des marais

La photo de couverture donne le cadre, le titre établit la distance.

Qui sont-ils, ces gens qui vivent dans l’eau, la boue, la putréfaction, le brouillard ? Quel rôle joue auprès d’eux ce médecin qui vient les voir, jour après jour, leur donne des soins en échange de photos-mises-en-scène, parfois glauques, comme volées à ces âmes en souffrance, errantes.

Ah ! ce roman, c’est vraiment quelque chose … Immersion, plongée, sont des images faciles ; elles correspondent cependant à ce que j’ai ressenti, surtout en milieu de récit, lorsque j’ai pu percer ce texte et avancer pour en goûter la beauté. Il requiert une grande concentration pour bien en saisir le sens, circonvenir l’accent, le patois, aller à l’essentiel. Une belle qualité littéraire couplée à une peinture de ces gens-là, comme un tableau de Georges de La Tour. J’ai parfois frémi devant l’existence rustre, la pauvreté matérielle et morale, le désert médical, le néant culturel. Des personnes en marge du monde, dans leur monde, mais solidaires. Magnifique scène du départ sur l’eau du corps d’une jeune mère, chair de poule et souffle arrêté.

Et les vieilles sortent lentement des maisons, avec leur coiffe sur la tête, les familles, les jambes dans l’eau, regardent immobiles, passer la yole noire ; et, de toute part, quand bien même on croyait que la marais était désert, les barques arrivent.

Non, vraiment. Une oeuvre absolument à part, qui mérite d’être lue …

Publié par worldcinecat

Découvrir tout ce que je peux découvrir ...

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :