Les os des filles

Line Papin revient sur son enfance à Hanoï, choyée, entourée, formidablement libre et heureuse, et puis la rupture, à dix ans. Elle est métis, en France, elle le sent, et s’isole. D’abord à Tours, puis à Paris, elle se réfugie dans les livres car les autres ne l’intéressent et ils le lui rendent bien. Elle voudrait disparaître et d’ailleurs, elle passe juste au bord du gouffre une nuit d’hospitalisation. Anorexique, dépressive. Elle le raconte.

téléchargement 1téléchargement

C’est touchant et sincère, je ne peux pas dire le contraire, mais vraiment, comment peut-on éditer un texte aussi mal écrit ? C’est grandiloquent, redondant en permanence, dans l’exagération comme un journal intime qui recueille ce trop plein de mal être ; j’ai eu l’impression d’un livre pas ou peu relu, maladroit et naïf dans la forme et les images, succession de clichés. Un exemple ?

Dans les limbes, seuls les enfants vivent, qui traversent les couloirs jour et nuit, robe blanche ombre noire, hôpital dur mur froid, fantômes à roulettes.

 

 

Botaniste

Linnaea borealis L. , Veitchia, Caryota, Arenga, Cariniana … ses compagnes au quotidien. Linné, Tournefort, Poivre, Adanson, ses augustes prédécesseurs. Quand eux consacraient leur étude à un petit point du globe qu’ils atteignaient après de périlleuses aventures, lui prend l’avion et se retrouve dans la jungle la plus épaisse 24 heures plus tard, à pied d’oeuvre pour collecter, sécher, et de retour à Paris, étiqueter, scruter et classer.

« J’ai toujours pensé qu’il fallait être un peu vagabond pour être botaniste, affectionner le terrain, les nuages, la boue : ceux qui ont donné leur nom aux plantes ont élevé au rang de science la désinvolture, le plaisir de l’errance. »

Marc Jeanson est botaniste et depuis 2013, il est responsable de l’Herbier au muséum national d’Histoire naturelle de Paris.

téléchargement 1téléchargement

« Je suis « inventeur » de plantes, du moins c’est ainsi qu’on aurait qualifié mon métier au XVIIIème siècle. »

Il nous propose une riche découverte de ces fous de plantes dont il fait partie dans cet essai plein de fraîcheur et d’expertise. J’en suis sortie émerveillée et dépaysée.

« Les herbiers ont une puissance folle, à tel point qu’il n’est pas toujours nécessaire de changer de fuseau horaire pour trouver une nouvelle espèce. »

Et nous savons bien qu’il n’est pas toujours nécessaire de quitter notre fauteuil pour voyager …

 

In memory X

New York, USA  2005

John Lennon’s memorial, surrounded by wooden benches dedicated to other beloved ones, not quite anonymous as theirs names are engraved on iron plates. A bunch of flowers everyday ; so romantic.

In memory IX

Near Papeete, Tahiti, French Polynesia  2013

A marae, sacred site in Frencn Polynesia. It did not have much to do with the dead particularly, I think (I am not a specialist), but with the tiki (stone statue) and this platform, the place had an eerie atmosphere and breathed contemplation. Very impressive.

In memory VII

Guadeloupe, France  2005

A joyful place for the dead where the living gather to feast sometimes, especially at this time of year. Only black and white, spotless clean.

In memory VI

Berlin, Germany 2016

A heart-breaking memorial for those who tried to gain their freedom by climbing over that wall of shame. Black and white photos, serious or smiling faces. Victims of human madness.