The Irish were born for leaving

Belfast de Kenneth Brannagh

Un très gros coup de cœur pour ce film, pour Buddy, jeune irlandais du nord, témoin dans les années 60 des affrontements. Avec sa famille, il vit à Belfast, tous se connaissent dans la rue, les grands-parents vivent à côté. Ils sont protestants mais à l’école, le jeune garçon est amoureux de Catherine, une Catholique. Le père de Buddy travaille en Angleterre et revient tous les deux week-ends. Leur quotidien est fait de soudains accès de violence entre les deux factions et ils ne faut pas être au mauvais endroit au mauvais moment.

Se pose un jour la question de savoir si il faut continuer à élever ses enfants derrière les barbelés qui protègent leur rue, remparts dérisoires, veillés par ces hommes usés qui patrouillent la nuit avec des torches. Si le choix de partir semble s’imposer, ce sera forcément en laissant derrière soi tout ce que l’on a toujours connu, les gens que l’on aime, et se confronter à l’inconnu, à la mauvaise image que les anglais ont des protestants irlandais.

J’ai beaucoup aimé, le jeune Jude Hill est phénoménal, un Kenneth Brannagh en miniature, craquant, juste, le regard vif, et tous les comédiens autour de lui ; son Pop (Ciaran Hinds) et sa Granny (Judi Dench), sont iconiques. L’image noir et blanc m’a touchée, la bande originale m’a donné des frissons. Allez le voir.

Lilylit, en parle aussi.

Publié par worldcinecat

Découvrir tout ce que je peux découvrir ...

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :