L’existence en tension vers un avant, vers un plus-avant, vers un au-dessus.

Les sœurs Brontë de Laura El Makki

Leur talent, leur trouvaille fondamentale n’a pas tant été d’écrire que de le faire ensemble. Contre le souci et le malheur, elles ont regardé les épreuves comme des chapitres et transformé les chocs en mots. Elles ont créé, quand d’autres auraient voulu mourir.

Des âmes fortes. Fascinante sororie que celle constituée par ces frêles femmes nommées Emily, Charlotte et Anne. Auprès de leur père qui survivra à toutes – quelle malédiction ! – elles ont appris à s’évader, dans la lande puis dans les mots. Elles ont bien tenté de trouver un travail régulier, normal pour leur milieu social et leur condition de femme, mais se sont heurtées à la bêtise, la petitesse de tout labeur, surtout au service des riches. Leur frère Bramwell s’y est même totalement abîmé au point de disparaître précocement, détruit de l’intérieur.

Créer du souffle, engager le corps et l’esprit. Malgré l’adversité, les décès successifs et cette maladie, la tuberculose, qui leur a laissé peu de temps pour s’épanouir, leur talent singulier brille depuis leur premier -parfois unique – roman dans la paradis littéraire mondial. Une carrière éphémère donc mais un don magistral pour l’écriture. Il faut les voir, penchées toute la nuit sur leurs feuilles, à la lumière vacillante de leurs bougies, une résidence d’artistes avant l’heure, au fin fond de ce sombre Yorkshire, froid, venteux, humide.

Ces mondes inventés sont un refuge pendant plusieurs années. Avec eux, le sentiment d’isolement disparaît et le « compagnonnage intelligent » sublime le quotidien. La vie, surtout, n’est plus ôtée sans raison. Elle se répand sur les pages.

Rendre éternel leur lien de sang. Mais quel bonheur d’apprendre sur leur vie, de suivre leur processus créatif extraordinaire, et comme on a le cœur serré en lisant leur fin si injuste, la solitude de Charlotte, le soir, sur la grande table qui a vu tant de personnages surgir de leurs cerveaux féconds, précoces, acharnés !

J’ai lu cette biographie avec un plaisir fou, un intérêt avivé par une écriture élégante, fluide, à la fois factuelle et empathique. Vite l’été pour relire leurs œuvres si romanesques et fortes …

Publié par worldcinecat

Découvrir tout ce que je peux découvrir ...

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :