La face nord du cœur

Dolores Redondo est une auteure de polars virtuose ; sa culture anthropologique, criminelle et psychologique la place dans mon panthéon personnel aux côtés de Fred Vargas – même si cette dernière puise plutôt dans ses connaissances historiques pour camper une ambiance, une intrigue qui restent selon moi uniques.

Dans ce nouveau roman qui a été écrit après la troublante trilogie du Baztan, j’ai aimé retrouver l’enchevêtrement d’histoires et d’époques, la juxtaposition de destins et de meurtres, le kaléidoscope de croyances qui vous perdent parfois et vous désarçonnent mais qui, moi, m’éblouissent.

Le premier chapitre est fort et tendu ; une famille assassinée lors d’une tornade, une mise en scène macabre qui fait immédiatement sens dans le cerveau surdoué d’Amaia Salazar, sous-inspectrice basque espagnole, en formation au FBI.

Tu es policière parce que tu avais peur petite ? Oui, je crois, j’en suis sûre même, dit-elle, réalisant que c’était le cas.

L’action se passe dans la moiteur de la Nouvelle Orléans et sous les rafales implacables de l’ouragan Katrina. C’est glauque, oppressant, cette puanteur, ce danger, et la course contre la montre pour trouver le tueur, un exterminateur de familles. que rien ne semble arrêter tant le territoire est vaste.

Elle travaille avec l’inspecteur Dupree ; c’est lui qui l’a choisie ; il est souvent abasourdi par son arrogance, sa dureté. Avec elle, il avait toujours l’impression d’être en présence d’un tigre.

Amaia et Dupree sont des êtres semblables, hors normes, d’une acuité intellectuelle insolente, quasi médium, à jamais marqués par leur enfance.

Notre coeur, à nous trois, s’est arrêté, mais nous ne sommes pas morts, pour différentes raisons. Tous trois avons du mourir pour apprendre à revenir de l’enfer. L’avantage, c’est que maintenant, non seulement nous connaissons le chemin et la sortie, mais qu’en plus nous distinguons ceux qui l’empruntent.

La face nord du cœur est une sacrée plongée dans la noirceur de l’âme humaine, mais aussi dans l’ésotérisme, le vaudou africain et la sorcellerie en pays basque. C’est puissant et dérangeant.

Ils en parlent aussi : LIVRESSE DU NOIR, anitaetsonbookclub, mpoeli

Publié par worldcinecat

Découvrir tout ce que je peux découvrir ...

Un avis sur « La face nord du cœur »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :