Miss Islande

La petite mélodie subtile de Audur Ava Olafsdottir se fait de nouveau entendre dans ce roman assez engagé, sur la condition des femmes et des homosexuels dans l’Islande de 1963 (mon année). Hekla, qui porte le nom d’un volcan, part vivre à Reykjavík pour lancer sa carrière d’écrivaine. elle y retrouve son amie Isey, jeune mère au foyer qui se morfond dans cette vie et son ami Jon John, gay, passible de prison pour ses attirances « déviantes ». Elle tombe amoureuse d’une poète sans talent.

Je parlais de petite musique parce qu’il ne se passe pas grand chose dans ce roman, j’ai parfois eu le sentiment de patauger, de ramer pour m’intéresser. L’écriture n’est pas en cause, la traduction non plus, c’est juste que c’est peu palpitant. J’ai aimé par contre l’importance de la poésie, des mots, des livres dans la culture islandaise, cela m’avait frappé là-bas, ces cafés littéraires un peu anciens, ces librairies à tous les coins de rue. Je trouve ça réjouissant, tous ces lecteurs même de nos jours, la vivacité de leur culture – j’adore leur cinéma aussi et il y a cette lenteur aussi dans les films – ce pays ne vit pas à cent à l’heure comme nous, c’est clair et c’est bien.

Publié par worldcinecat

Découvrir tout ce que je peux découvrir ...

Un avis sur « Miss Islande »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :